Notre séjour à Disneyland Paris en fauteuil roulant Partie 1 : généralités

Facebooktwitterpinterest

Pour mon anniversaire et pour marquer le coup de mes 30 ans (et aussi pour se changer un peu les idées de cette année difficile), nous sommes allés à Disneyland Paris (un jour au parc Disneyland avec Mini-Martien et Mamie Martien, un deuxième jour à Walt Disney Studios en amoureux).

Si nous avons choisi Disneyland, c’est parce que c’est un des rares parcs d’attractions en France qui accepte autre chose que la carte d’invalidité pour avoir une carte de priorité aux attractions. Comme j’ai fait il y a peu ma demande de carte d’invalidité à la MDPH (merci à ma généraliste qui pensait que c’était fait depuis longtemps et qui ne m’en avait même pas parlé…), j’ai pu quand même obtenir une carte de priorité sur présentation d’un certificat médical stipulant que je souffrais d’une ALD (dans mon cas, l’épilepsie).

Malgré deux ou trois couacs, notre séjour dans les deux parcs s’est très bien passé, et nous a permis de bien nous changer les idées.

L’arrivée à Disneyland Paris

Pour ceux qui ne sont pas habitués à ce genre de parc, Disneyland c’est grand, vraiment grand ! C’est même déjà grand avant même d’entrer dans le parc en lui-même. Et il y a du monde partout, qui ne fait parfois pas attention à ma présence (ben oui, quand je suis en fauteuil, je ne suis pas dans leur champ de vision, alors je suis invisible pour eux…).
Parfois on a beau dire (comprendre : crier) pardon pour qu’ils nous laissent passer, ils ne nous entendent pas. En général, une fois qu’on fonce dans le tas et après un coup de fauteuil dans les tibias (j’y vais quand même doucement, je vous rassure), ils découvrent comme par magie mon existence.

Dans les lieux que je ne connais pas, et encore plus quand il y a du monde et/ou trop de stimulations, je ne vois pas très bien où sont les entrées, les indications sur les panneaux, etc. On a donc déjà eu du mal à trouver l’entrée (et je pense qu’on a pris une entrée secondaire, oups !).

Les démarches à faire à l’arrivée

Les démarches se déroulent en deux parties :
– une première partie pour avoir un billet gratuit pour l’accompagnateur, à aller chercher au guichet Donal Desk ou au guichet Relations Visiteurs (le jour de notre séjour, le guichet Donal Desk était fermé, nous sommes donc allés à l’autre) à Disneyland, au guichet Relations Visiteurs à Walt Disney Studios
– une deuxième partie pour avoir la carte de priorité, à aller chercher au City Hall à Disneyland, au Studio Services à Walt Disney Studios.

La carte de priorité
Carte de priorité Disneyland
Mes cartes de priorité pour les deux parcs

Elle vous permettra de passer en priorité aux attractions sans passer par la file d’attente et d’avoir une place réservée aux parades. Vous pouvez être accompagnée de quatre personnes maximum dans les attractions, deux maximum pour les parades.

Nous avons eu un petit couac pour la carte de priorité, couac que j’ai relayé sur les réseaux sociaux. Comme je n’ai pas (encore) de carte d’invalidité, je devais présenter un certificat médical stipulant que je souffrais d’une pathologie nécessitant une ALD (Affection de Longue Durée). Jusque là, pas de soucis, d’autant plus que gros point positif, Disneyland est à ma connaissance le seul parc qui accepte un tel certificat médical en lieu et place de la carte d’invalidité.

Le souci, c’est plutôt les cartes de priorité en elles-mêmes et les cases que le personnel doit cocher. Il y a le choix pourtant, mais il n’y a aucune case pour l’épilepsie ou d’une manière plus générale, pour une maladie chronique et invalidante.
Le personnel aurait pu cocher la case « station debout pénible », puisque finalement c’est surtout cela qui est handicapant avec l’épilepsie au quotidien. Mais les personnes à qui nous avons eu à faire, très probablement par manque d’informations, ont coché la case « déficience intellectuelle » à Disneyland Paris, et « déficience cognitive et psychique » à Walt Disney Studios. Faute de mieux je suppose.
Sauf que l’épilepsie n’est ni une déficience intellectuelle (même si elle peut y être associée) ni une déficience cognitive ou psychique.

Je me suis donc retrouvée refoulée à une attraction à Walt Disney Studios (la seule des deux parcs interdite aux personnes ayant une déficience intellectuelle, cognitive ou étant autiste), sans comprendre pourquoi cette attraction en particulier, plutôt destinée aux enfants, était interdite dans ces cas-là.
Ce n’est pas très grave, mais je n’avais pas fait attention que le personnel avait coché cette case « déficience cognitive » sur ma carte de priorité, et je n’avais pas non plus vu que cette attraction était interdite dans ce cas. J’étais déçue, mais ça a probablement résonné en moi, avec cette sensation de rejet du corps médical et mes difficultés à m’habituer et m’adapter à la vie en fauteuil. Je m’en suis d’ailleurs voulu après coup d’avoir réagi aussi fortement vis-à-vis du jeune homme qui s’occupait de l’attraction, et qui n’y était pour rien (si il me lit un jour, je m’excuse de ma réaction).

L’accesssibilité

Dans les parcs

Les deux parcs sont bien accessibles en fauteuil, quasiment partout, et a des allées goudronnées ou pavées. Par contre, comme nous n’avions pas de carte de stationnement, l’arrivée jusqu’au parc était assez longue – enfin, surtout pour Papa Martien qui devait me pousser.

Guides d’accessibilité

Globalement, les guides d’accessibilité sont clairs et ne comportaient pas d’erreurs quant aux attractions qui étaient accessibles selon le type de handicap – sauf une à Walt Disney Studios -, de ce que nous avons pu tester.

Il faut bien se référer à ces guide d’accessibilité, donnés au City Hall et aussi disponibles sur le site internet de Disneyland, pour ne pas être déçu une fois sur place.

Dans les attractions

La plupart des attractions sont accessibles pour les personnes détenant la carte de priorité par la sortie, parfois par l’entrée pour les Fast Pass. Si vous avez un doute ou êtes un peu perdu, n’hésitez pas à demander au personnel – ce qu’on a fait plusieurs fois -, ils sauront vous aiguiller, toujours avec professionnalisme et politesse.

De plus, même si vous pouvez faire des transferts voire marcher quelques mètres – comme moi -, être accompagné par une personne valide qui peut aider à entrer et sortir des attractions est indispensable pour moi.
Quand je dis personne valide, je ne parle pas d’une personne lambda (il est de toute façon obligatoire d’être accompagnée par une personne de plus de 15 ans), mais d’une personne assez forte pour vous portez si besoin.

Dans mon cas, j’ai notamment un déficit des fléchisseurs des jambes (et globalement un déficit musculaire au niveau des ceintures, ce qui rend très difficile voire impossible de soulever la jambe pour monter quelques marches ou enjamber un rebord, et rend la station debout très fatigante), et j’ai eu besoin très souvent de Papa Martien pour qu’il m’aide à entrer et/ou sortir des attractions, qui étaient souvent trop basses pour que je me relève, quand il n’y avait pas un rebord à enjamber.

Le Lego Store

Dans l’enceinte de Disneyland Paris (mais en dehors des deux parcs) se trouve, parmi d’autres centres commerciaux et boutiques, un Lego Store.

En fan inconditionnelle de Lego, j’aime toujours visiter des Lego Store, je ne pouvais donc pas faire l’impasse sur celui-là. C’est un grand Lego Store, comparé aux autres que j’ai pu visiter, et les prix sont les mêmes que dans les autres Lego Store.
Comme c’était mon anniversaire, on est reparti avec quelques Lego sur lesquels je lorgnais depuis un moment.

Je vous laisse deviner quel cadeau est pour quel membre de la famille Martien !

La suite de notre séjour à Disneyland Paris est ici !

Facebooktwitterpinterest
Facebooktwitterpinterestrssinstagram

2 réponses sur “Notre séjour à Disneyland Paris en fauteuil roulant Partie 1 : généralités”

  1. bonjour

    mon fils est en ALD hors liste pour une maladie génétique rare.
    Nous avons fait faire la carte verte à disney mais je ne savais pas qu’il pouvait avoir un accompagnateur gratuit… je pensais que c’était uniquement pour les cartes MDPH…
    Donc avec un certificat médical précisant l’ALD, on va au guichet à côté du disneyland hotel et on a un billet gratuit pour un accompagnateur, c’est ça?

    1. Normalement oui, et c’est précisé sur le site internet de Disneyland. N’hésitez pas à leur poser la question par mail, ils répondent rapidement (pardon pour le délai de réponse).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *